Une enfance emplie de larmes – l'histoire de Xinxin ainsi que sa famille

Par Jin Ming / le 9 janvier 2011

Xinxin à un an avec son père Liu Yongwang

Xinxin à un an avec son père Liu Yongwang

Xinxin, 11 ans, vit dans la ville de Baoding, province du Hebei. Son père Liu Yongwang était un chef ingénieur dans une compagnie étrangère à Pékin. La mère de Xinxin était à la faculté à l'université. Les deux parents de Xinxin pratiquent le Falun Gong et suivent les principes de Authenticité-Compassion-Tolérance pour être de bonnes personnes. Ils étaient très bien respectés. Cependant, depuis que le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter le Falun Gong en juillet 1999, la vie de Xinxin est devenue emplie de larmes.

Arrêtée avec ses parents lorsqu'elle avait juste un an

En mai 2000, la police du Bureau de la sécurité nationale s'est rendue au Bureau de Liu Yongwang pour l'arrêter. Liu Yongwang se trouvait en voyage d'affaires à Shanghai à ce moment-là. La police ne pouvait pas attendre jusqu'à ce qu'il revienne, ils l'ont donc trouvé et capturé à Shanghai, l'ont arrêté là-bas et détenu dans la septième section du Bureau de la sécurité publique de Pékin.

La mère de Xinxin a également été harcelée par le PCC à son université. Après que Liu Yongwang ait été relâché par la police, il s'est rendu à Shanghai avec Xinxin ainsi que sa mère pour chercher un nouveau travail. À ce moment-là, Xinxin avait juste un peu plus d'une année.

Le 15 septembre 2001, un groupe de policiers ont fait irruption dans leur maison en location de Shanghai et les ont tous arrêtés. Les parents de Xinxin ont été enfermés dans une cage dans le poste de police. Xinxin a été emmenée par la police et donnée à un étranger. Elle continuait de pleurer. Une semaine plus tard, la police a forcé la mère de Xinxin à rédiger une procuration permettant l'utilisation de 3'000 yuan que la police a confisqué aux parents de Xinxin comme une rémunération pour payer la famille adoptive. Par la suite, la police a transféré Xinxin dans plusieurs mains et l'a finalement transférée à la police de la ville de Baoding, province du Hebei. La police dans la ville de Baoding a ensuite averti les grands-parents de Xinxin. La police avait dépensé presque toute la monnaie qu'elle a volé, ainsi ils ont dit aux grands-parents de Xinxin d'emmener Xinxin dans leur maison du canton de Quyang, province du Hebei.

Pendant trois ans, Xinxin ne pouvait parler qu’à ses parents en regardant leurs photos

Alors que Xinxin est finalement retournée chez ses grands-parents, le père de Xinxin, Liu Yongwang, a été détenu au Centre de Détention de la ville de Shanghai et sa mère a été détenue au Centre de Détention de la ville de Baoding. Après avoir été détenue pendant 88 jours, les parents de Xinxin ont été tous deux condamnés à trois années de travaux forcés en décembre 2001. Ils ont souffert de la persécution dans le camp de travaux forcés de la ville de Baoding.

Au cours de ces trois années, Xinxin a vécu avec ses grands-parents à la campagne. Elle a appris à manger, s'habiller et laver ses habits par elle-même. Elle a également appris le dialecte local. Elle a grandi comme cela sans ses parents. Lorsque ses parents lui manquaient, elle courait en retournant à la maison, sortait la photo de ses parents, la regardait et leur parlait. Parfois elle chantait aussi pour eux.

Les parents de Xinxin pratiquaient tous le Falun Gong. La plupart d'entre eux ont été persécutés par le PCC. Au cours de la même année à laquelle les parents de Xinxin ont été condamnés aux travaux forcés, son oncle et ses deux tantes ont également été arrêtés. Son oncle Liu Yonhong était un ingénieur au Centre de conception de la ville de Shijiazhuang du Département de l'industrie de charbon. Il a été poursuivi par la police locale et a été forcé de sauter du cinquième étage et il s’est cassé les deux jambes. Alors qu'il était encore en train d'utiliser une canne pour marcher, il a été envoyé dans un centre de lavage de cerveau par le bureau 610 local. Afin de le forcer à abandonner sa croyance dans le Falun Dafa, la police a utilisé un étau pour écraser l'un de ses doigts.

Après que les grands-parents de Xinxin aient entendu la nouvelle, ils pleuraient souvent. Aux yeux de la petite Xinxin, les larmes sur les visages des grands-parents ne semblaient jamais sécher.

En juin 2003, la mère de Xinxin a été relâchée du camp de travaux forcés. Xinxin a raconté avec fierté à ses amis qu'elle avait une mère et que sa mère était rentrée à la maison, mais lorsque les amis lui ont demandé où son père se trouvait, elle ne pouvait pas répondre. Elle a couru jusqu'à la maison et demandé à sa mère, mais sa mère ne savait pas quoi lui dire.

Liu Yongwang a souffert de la torture brutale au camp de travaux forcés. Il a entamé une grève de la faim pour protester contre la persécution. Le garde Li Dayong ainsi que d'autres l'ont soumis au gavage forcé. Ils lui ont intentionnellement ouvert la bouche et l'ont fait saigner de manière douloureuse. Ensuite ils l'ont nourri de soupe peu épaisse et hautement concentrée avec de l'eau salée. La police l'a également mis de manière intentionnelle dans la même pièce qu’un prisonnier qui avait une grave tuberculose, ce qui a fait que Liu Yongwang a contracté, lui aussi, la tuberculose. Il avait une forte fièvre et toussait de manière continue et [crachait] du sang.

Les gardes ont également utilisé une matraque électrique à haut-voltage pour battre la poitrine de M. Liu, la tête, la bouche et d'autres parties de son corps. Son corps était couvert de grandes cloques. Sa bouche était gravement enflée. La pièce était emplie d'une odeur de peau brûlée. La police ne s’est arrêtée de lui faire des électrochocs avec des matraques électriques que lorsque le chargeur soit vide. Ils ont également attaché Liu Yongwang à un lit avec ses deux bras et jambes étirés pendant 21 jours, ce qui a fait que son dos et ses hanches sont devenus sombres, de couleur noire à cause du contact avec la planche dure du lit. Par la suite, il a eu des plaies, de la peau brisée et des saignements. Sa jambe gauche a développé les symptômes de nécrose du nerf.

Finalement sont père est rentré à la maison, mais a été condamné à huit ans de prison

En juin 2004, Liu Yongwang a contracté de nombreuses maladies à cause de la persécution en prison. Sa jambe gauche avait une nécrose du nerf et sa colonne vertébrale avait été blessée. Le Camp de travaux forcés de la ville de Baoding a dû le libérer sous caution pour un traitement médical. Le père de Xinxin est finalement rentré à la maison. Cela a apporté une grande joie pour la petite Xinxin.

À ce moment-là, Xinxin avait déjà plus de cinq ans. Elle n'avait pas vu son père en quatre ans. Elle était heureuse de finalement passer du temps avec son père.

Mais bientôt, Liu Yongwang a été arrêté et à nouveau condamné. Après cela, Xinxin et son père n'ont jamais eu la chance d'être ensembles. Le peu de temps passé ensembles est devenu le souvenir précieux de Xinxin. Elle avait habituellement vu la scène dans son esprit que bien que son père avait des maladies et était blessé, il l'a soutenait encore et l'a laissait monter sur son cou autour de leur maison encore et encore.

Un jour après que Liu Yongwang ait été relâché, il a été arrêté par le Bureau de la sécurité nationale à Pékin en août 2005, avec l'excuse de suspecter qu'il était impliqué dans la radiodiffusion de programmes de Falun Gong sur la télévision câblée. Du 7 au 13 novembre 2005, l'équipe qui s'est spécialement occupée du cas de Liu Yongwang a entravé ses deux jambes à une chaise de fer et utilisé des matraques électriques de haut voltage pour lui faire des électrochocs. Ils ont également projeté une forte lumière de manière continue dans ses yeux à partir d'une proche distance et ne l'ont pas laissé dormir pendant sept jours et sept nuits. Bien que l'équipe n'ait trouvé aucune preuve, ils ont encore décidé de donner une lourde condamnation à Liu Yongwang pour terminer le cas. Le 1er mai 2006, le tribunal du PCC a condamné Liu Yongwang à huit ans de prison. Le 16 juin 2006, Liu Yongwang a été transféré à la prison de Jidong dans la ville de Tangshan.

Xinxing s'est constamment inquiétée sur le fait que son père allait être persécuté à mort

Après que le père de Xinxin ait été à nouveau condamné, Xinxin vivait avec sa mère. Elle a appris de nombreuses choses qui étaient au-delà de son âge. Depuis qu'elle a commencé à se rendre à l'école à l'âge de six ans, elle allait toute seule à l'école et rentrait à la maison toute seule. À midi, sa mère était très occupée au travail et ne pouvait pas rentrer à la maison, elle se réchauffait donc des restes dans le four micro-ondes pour le repas. Parfois il n'y avait pas de restes et elle devait aller dans la rue pour s'acheter des repas.

Au cours de nombreuses années de tribulations, Xinxin a appris à vivre de manière indépendante. Elle n'avait pas peur des difficultés. La seule chose dont elle avait peur était que son père soit persécuté à mort en prison.

Liu Yongwang a entamé une grève de la faim dans la prison de Jidong. Les gardes de la prison l'ont soumis au gavage forcé. Ils l'ont attaché à un lit, et ont utilisé un tube de caoutchouc qui était aussi gros qu'un pouce pour le nourrir. Ils ont intentionnellement enfoncé le tube dans le nez de Liu Yongwang. La grande douleur a fait que Liu Yongwang s'est évanoui. Ils l'ont ensuite réveillé et ont continué à enfoncer dans son nez. Liu Yongwang s'est évanoui plusieurs fois. Une fois, lorsque Liu Yongwang s'est réveillé, il a mordu et brisé le tube de caoutchouc et avalé le tube cassé. La police a dû arrêter le gavage forcé et avertir la famille de venir le voir. Lorsque les membres de sa famille sont venus lui rendre visite, il était paralysé dans son lit et le bas de son corps avait perdu la sensation. Sa vie était en grand danger. Par la suite l'hôpital a sorti le tube de caoutchouc hors de l'estomac de Liu Yongwang. Il a pu à peine survivre de l'épreuve.

Lorsque Xinxin a appris les propos au sujet de la persécution que son père a endurée en prison des membres de sa famille, elle pleurait souvent. Lorsqu'elle était en relâche de l'école, elle a supplié sa mère de l'emmener dans la ville de Tangshan pour voir son père. Mais chaque fois qu'elles y allaient, la prison ne leur permettait pas de le voir, en donnant seulement une excuse, que c’était Liu Yongwang qui avait refusé d'être « transformé ». La prison a dû enfermer Liu Yongwang dans une « prison dans la prison » spéciale et le persécuter là-bas de manière plus brutale.

Au dernier étage de la prison Jimu, il y avait une porte avec un signe: « Personne n'a la permission d'entrer sans la permission du personnel ». C'était la « prison à l'intérieur de la prison » que les gardes utilisaient pour persécuter explicitement Liu Yongwang. Depuis avril 2007, Liu Yongwang a été enfermé à l'intérieur. Le chef d'équipe Zheng Yajun a spécifiquement écorché certains prisonniers forts et cruels. Chaque jour, six d'entre eux étaient envoyés dans la pièce où Liu Yongwang était emprisonné pour le regarder. Afin d'écraser l'esprit de Liu Yongwang, la police a incité ces prisonniers à utiliser Liu Yongwang pour relâcher leurs frustrations après avoir été en prison pendant une longue période.

Chaque après-midi, les prisonniers torturaient Liu Yongwang avant le repas du midi. Ils couvraient la tête de Liu Yongwang avec une boîte en papier. Ensuite six personnes l'entouraient et le poussaient et frappaient, et le faisaient rebondir entre eux comme un ballon de volley. Pendant ce temps, ils utilisaient un langage très ordurier pour insulter les parents de Liu Yongwang.

Lorsqu'ils ont soumis Liu Yongwang au gavage forcé, ils se moquaient de lui. Ils se sont disputés sur comment insérer le tube dans le corps de Liu Yongwang et ont essayé tous les moyens brutaux qu'ils pouvaient, en ne prenant pas du tout en considération la vie et la mort de Liu Yongwang. En l'espace de quelques mois, ils ont battu Liu Yongwang jusqu'à le rendre inconscient à trois reprises. Une fois Liu Yongwang a été inconscient pendant dix minutes, mais les prisonniers se moquaient encore de lui.

Lorsque Liu Yongwang est allé aux toilettes, ils ne lui ont pas permis d'utiliser du papier toilette et l'ont forcé à utiliser sa main pour se nettoyer. Ils ont également stipulé que Liu Yongwang devait se rendre aux toilettes à des moments spécifiques et ne lui ont pas permis de s'y rendre à tout autre moment. Parfois lorsqu'ils ont vu que Liu Yongwang voulait se soulager, ils ne lui ont pas permis de s'y rendre. Au lieu de cela, ils ont couru vers lui et l'ont attaché, jusqu'à ce que Liu Yongwang doive se soulager sur une chaise, dans son lit ou dans ses pantalons.

Un jour en décembre 2007, Liu Yongwang a dû se rendre aux toilettes, mais il manquait encore 20 du temps stipulé. Les prisonniers ont vu que M. Liu essayait de se retenir de mouiller ses pantalons. Ils sont immédiatement arrivés et l'ont forcé à mouiller son pantalon.

M. Liu a également souffrait d'une forte crampe du muscle dans ses jambes, d’œdème et il avait des bleus tout autour de ses chevilles. En prenant un plaisir sadique face à la douleur de M. Liu, les détenus appuyaient sur son corps enflé, en disant qu'ils lui faisaient un massage. À cause de l'œdème, sa peau s'est fracturée. Un jour, les détenus ont prélevé un morceau de peau d'une taille de 10 cm de la jambe de M. Liu et un morceau d'une taille de 5 cm de son nez. Un autre jour, six détenus l'ont accusé, l'ont maintenu à terre, et masturbé de force à trois reprises.

En hiver 2007, il faisait froid. Durant la nuit, les prisonniers ont ouvert toutes les fenêtres dans la pièce de prison et laissé le vent froid souffler à l'intérieur. Ils ont ensuite forcé Liu Yongwang à rester dans le vent avec seulement des vêtements fins pour se couvrir. Les prisonniers ont prétendu que c'était la « torture glaciale » qu'ils avaient désignée. À chaque fois qu'ils avaient forcé Liu Yongwang à rester dans le froid pendant une demi-heure. Peu après cela, ils l'ont réveillé pour le faire à nouveau. Ils ont forcé Liu Yongwang à rester dans le froid plusieurs fois chaque nuit. Ils ont intentionnellement torturé ainsi Liu Yongwang afin de finalement le torturer à mort.

Liu Yongwang utilise sa vie pour faire appel et éveiller la conscience des gens

Liu Yongwang a été torturé dans l'horrible « prison dans la prison » pendant huit mois. La police et les prisonniers étaient très surpris que Liu Yongwang soit encore en vie. Parfois il semblait presque mort, mais chaque fois il se réveillait à nouveau. Chaque fois qu'il se réveillait, il disait clairement aux prisonniers et aux gardes : « Le Falun Gong est juste. Nous sommes persécutés par le PCC. Vous avez enfreint la loi, et je vais faire appel et dénoncer vos crimes. » Les gardes de la prison ont dû laisser Liu Yongwang retourner à la pièce de prison normale. Après cela, Liu Yongwang a commencé à écrire des lettres à plusieurs départements de la prison pour identifier et accuser les gardes et prisonniers qui l'avaient persécuté sans relâche.

« Père grandiose »

Parce que Liu Yongwang protestait constamment contre la persécution dans la prison et grâce aux efforts constants des membres de sa famille pour informer le monde extérieur, ils ont gagné l'attention des gens dans le monde, et la prison Jidong a dû restaurer le droit des membres de la famille de Liu Yongwang de lui rendre visite. Au cours de l'hiver 2008, Xinxin a pris la pause d'hiver et est venue dans la prison pour rendre visite à son père avec sa mère et son grand-père. Elle a pu finalement voir son père. Il avait été emprisonné la plupart du temps depuis qu'elle était née, et le temps total qu'ils étaient ensembles était de moins de trois années. Lorsqu'elle a vu combien son père paraissait plus âgé et faible que les amis de son père, elle n'a pas pu s'empêcher de pleurer. Mais en même temps, elle était également très fière de son père car son esprit était très fort.

Elle a posé de nombreuses questions à son père. Il a répondu à ses questions de manière très sincère, et elle a senti que son esprit était relié avec son père. Lorsqu'ils sont retournés à la maison, sa mère lui a demandé : « Que penses-tu de ton père ? Quelles vertus a-t-il ? » Elle a répondu : «  Papa est intelligent, fort et a un sens de l'humour. » Son père était un vrai héros pour elle.

Par la suite, Xinxin a écrit une lettre à son père. Elle a plié la lettre en forme de cœur et a dit à sa mère de ne pas l'ouvrir. Mais sa mère s'inquiétait qu'elle puisse avoir écrit quelque chose qui puisse causer un impact négatif sur son père. Elle a donc secrètement ouvert la lettre. Le titre de la lettre est « mon père grandiose ».

Oui, Xinxin l'appelait « mon père grandiose ». Comment les futures générations vont considérer Liu Yongwang et ses compagnons de pratique après qu'ils soient aient enduré de telles tribulations innommables ? La lettre de Xinxin en dit tellement.

La lettre de Xinxin concernant ses études et sa vie, est inclus ci-dessous.

Mon père grandiose,

Comment vas-tu ? Comment va ta santé ?

Quand est-ce que tu reviens à la maison ? À présent j'ai de plus en plus de devoirs. Pour certains de mes problèmes de math, même maman ne connaît pas la réponse. S'il-te-plaît revient à la maison aussi vite que possible pour m'enseigner ! Maman est de plus en plus occupée et c'est de plus en plus difficile pour elle. Elle ne peut pas rentrer à midi. Je dois manger sur la petite table. Parfois dans la soirée, maman doit sortir et s'occuper de certaines choses. Le cours pour apprendre à jouer de la cithare demande beaucoup d'argent. Je pense arrêter de suivre mes cours de chant et prendre seulement le cours de cithare, afin de réduire la surcharge de maman.

En attaché est une récompense que j'ai obtenue pour ce semestre. Regarde-le s'il-te-plaît.

Je rêve souvent de toi et à notre famille entière réunie. Papa, s'il-te-plaît rentre à la maison le plus vite possible !

Mai 2010

Post-scriptum


Après que Liu Yongwang ait finalement eu la permission que sa familles lui rende visite, il a été capable de transférer l'information qu'il avait rédigée concernant sa propre persécution dans la prison à sa femme. La lettre exposait la persécution sanglante du PCC envers les pratiquants de Falun Gong, des nouvelles qui étaient normalement bloquées et couvertes par des mensonges du PCC. Dès lors sa famille était stupéfaite et fâchée à propos des pratiques du PCC, ils ont engagé un avocat des droits de l'homme. M. Cheng Hai et d'autres. Le 4 août 2010, l'avocat Cheng Hai de Pékin et l'avocat Li Lun de la province du Hebei ont accepté une requête de la part de la famille de Liu Yongwang et sont venus à la prison de Jidong pour rendre visite à Liu Yongwang. Après de nombreuses tentatives, ils ont finalement rencontré Liu Yongwang. Il a évité la fouille corporelle du garde et a transmis avec succès les documents qu'il avait rédigé à l'avocat. Il a demandé à l'avocat de le représenter et a officiellement poursuivi le personnel de la prison de Jidong et du Camp de travaux forcés de la ville de Baoding pour l'avoir torturé brutalement et persécuté. Selon des sources proches de la situation, les fonctionnaires de haut rang du PCC sont très fâchés, et utilisent leur pouvoir pour menacer l'avocat et essayer d'interférer et faire arrêter les procédures légales normales.

Nous demandons l'aide des gens partout dans le monde pour prêter attention à la situation critique de cette famille et secourir M. Liu Yongwang de la prison aussitôt que possible.