L’aveu de prélèvements d'organes est ‘’incontestable’’ déclarent les enquêteurs

Par Ben Bendig - journaliste d’ Epoch Times  /  le 29 août 2008

Une nouvelle preuve de l'existence de prélèvements d’organes sur des pratiquants de Falun Gong par le régime chinois, s’est fait jour suite à l’aveu d’un médecin chinois..

"Un enregistrement audio du médecin admettant avoir participé à prélever les organes de pratiquants de Falun Gong, associé à un documentaire sanctionné par l’Etat, dans lequel ce même médecin, reconnaît prendre part à la conversation, constitue une pièce à conviction indéniable de prélèvements sur des prisonniers du Falun Gong pour le profit,’’ ont déclaré David Matas, avocat des droits de l’homme et David Kilgour, ancien secrétaire d’état (Asie-Pacifique) canadien, dans une lettre dévoilée hier.

La lettre, adressée à l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine (RPC) au Canada, appelle les autorités de la RPC a admettre officiellement être impliquées dans la collecte d’organes, et à ‘’mettre un terme à cette pratique.’’

Les enquêteurs de Matas et de Kilgour ont appelé les hôpitaux chinois, se renseignant sur des greffes d’organes, et en particulier s’ils pouvaient obtenir des organes de pratiquants de Falun Gong, la raison étant que les pratiquants de Falun Gong sont généralement connus pour être en bonne santé.

Dans un cas, le Dr Lu Guoping de l’hôpital Minzu de la Région Autonome du Guangxi a déclaré que son hôpital avait eu des organes de pratiquants de Falun Gong, mais que ce n’était plus le cas. Voici une partie de la retranscription :

"L’ appelante ...‘’:…ce que vous utilisiez auparavant, provenait-il de centres de détentions ou des prisons?

"Lu Guoping: des prisons.

"A: Oh, des prisons. Et ils provenaient de pratiquants de Falun Gong en bonne santé, les Falun Gong en bonne santé, n'est-ce pas ?

"LG: Exact, exact, exact. Nous choisissons les bons, parce que nous assurons la qualité de nos opérations.

"C: Ceci signifie que vous choisissez-vous-même les organes ?

"LG: Exact, exact, exact.’’

Il a ensuite indiqué à son interlocuteur un hôpital de Guangzhou, déclarant que cet hôpital aurait des organes de Falun Gong.

Dans un documentaire diffusé par Phœnix TV, Lu Guoping a admis avoir reçu l’appel, et aussi avoir indiqué à son interlocuteur un hôpital de Guangzhou.

Cependant, il a nié que la transcription soit fiable, déclarant lors de l’entretien: ‘’Je lui ai dit [l’appelante] que je n’étais pas impliqué dans les opérations chirurgicales et que je n’avais pas d’idée sur la provenance des organes. Je lui ai dit que je ne pouvais pas répondre à ses questions. Elle a alors demandé si ces organes provenaient des prisons. Je ne lui ai pas répondu en termes clairs.’’

Lorsqu’on lui a montré une retranscription de l’entretien sur la vidéo, le Dr Lu a déclaré qu’il s’agissait d’une version déformée de la conversation. Cependant, l’existence de l’enregistrement audio à la base de la transcription n’est pas remis en question.

Matas et Kilgour ont résumé la preuve : ‘’Ainsi, nous avons ici sur notre enregistrement, l’aveu fait par un médecin, que lui et ses collègues se rendaient dans les prisons pour sélectionner les pratiquants de Falun Gong pour leurs organes. Il ne dit pas simplement que quelqu’un d’autre le fait. Il dit que lui et ses collègues le faisaient eux-mêmes. De plus, nous avons un autre aveu que la voix que nous avons sur notre enregistrement est bien la voix de la personne que notre enregistrement dit qu’elle est.’’

Le documentaire en question est disponible par le biais des consulats et ambassades de Chine.

‘’En conséquence",’ déclarent Kilgour et Matas dans leur lettre, en ce qui concerne le documentaire, ‘’il a l’approbation du gouvernement chinois L’aveu est, donc, sanctionné et approuvé par le gouvernement de Chine et ne peut être nié de façon crédible par le gouvernement.’’

Kilgour et Matas ont enquêté sur les allégations de prélèvements d’organes sur le Falun Gong depuis 2006. Certains des témoignages incluent 40,000 greffes effectuées en Chine et venant de donneurs non enregistrés, depuis que la persécution de Falun Gong a commencé en 1999. De plus, les temps d’attente pour les organes en Chine sont de l’ordre de quelques semaines, alors que dans les pays occidentaux, l’attente se compte en mois ou en années.

La lettre de Matas et Kilgour à l’ambassade de Chine se trouve ci-dessous. Le lien de la vidéo de TV Phœnix ( avec les sous- titres en anglais) est ici.

Des copies en langues chinoise et anglaise de la retranscription de la conversation avec le Dr Lu, et l’enregistrement audio de Dr Lu, sont disponibles à : http://organharvestinvestigation.net/Dr.Lu-Voice-Recording/

Lettre de Matas et Kilgour à l’ambassade chinoise à Ottawa, Canada

22 août 2008

Ambassadeur
Gouvernement de Chine
Ottawa, Ontario
Canada


Nous demandons au gouvernement de Chine de reconnaître que les pratiquants de Falun Gong dans les prisons chinoises ont été tués de façon à ce que leurs organes soient vendus pour des greffes. Nous demandons instamment au gouvernement de mettre fin à cette pratique.

Jusqu’à présent, la position officielle chinoise est que ces abus ne se produisent pas. Cependant, comme le montrent les fichiers et les pièces jointes à cette lettre, il y a des preuves accablantes qu'ils ont bel et bien lieu.

La preuve est un aveu vidéo d’un médecin chinois spécialisé dans les greffes, lequel, associé à un enregistrement audio de ce même médecin, est une pièce à conviction indéniable des prélèvements pratiqués sur des prisonniers du Falun Gong pour le profit. La vidéo est disponible dans les ambassades et consulats chinois; en conséquence, elle a l’approbation du gouvernement de Chine. L’aveu est, donc, sanctionné et approuvé par le gouvernement de Chine et ne peut être nié de façon crédible par le gouvernement.’’

Nier face à une preuve aussi irréfutable qui a la sanction officielle du gouvernement n’est plus une option. La seule option est de mettre fin à ce crime terrible.

Sincèrement votre,
David Matas
David Kilgour

Traduit de l'anglais de :
http://en.epochtimes.com/n2/world/admission-organ-harvesting-undeniable-says-lawyer-3249.html