50 ans après la Révolution Culturelle, la jeunesse chinoise ignore encore de quoi il s’agit

Leo Timm / 23.05.2016

Le 16 mai a marqué le 50e anniversaire de la Grande Révolution Culturelle prolétarienne, un mouvement politique chinois destructeur lancé par le dictateur Mao Tse Toung. La campagne a créé des dizaines de millions de victimes, en particulier, parmi les intellectuels et autres « ennemis de classe. »

En dix années de chaos commandé, des millions de personnes ont été tuées ou menées au suicide dans une violence voulue par l’État, alors que de jeunes idéologues zélés, les infâmes Gardes Rouges, ont traversé le pays, En détruisant et dénigrant les traditions et l’héritage de Chine.

Alors que toute une génération, les dirigeants et entrepreneurs de la Chine d’aujourd’hui, supporte les blessures de cette campagne qui a défini leurs années de formation, la poigne du Parti Communiste empêche une réflexion franche ou une réévaluation de la Révolution Culturelle.

Beaucoup parmi la jeunesse moderne chinoise ignorent de façon inquiétante ou se trompent sur ce qui s’est produit durant la Révolution Culturelle et sur les raisons de son apparition, comme l’a révélé une récente diffusion télévisée de Phoenix Télévision.

« Je ne comprends pas vraiment les choses anciennes, » a déclaré un homme.

« Cela a apporté des changements au-delà de toute reconnaissance » a affirmé une jeune femme. Deux autres ont associé la Révolution Culturelle avec la « liberté spirituelle » et « l’idéalisme. »

Les réponses étaient fréquemment très courtes. Elles ont fait écho aux critères approuvés par les manuels scolaires et exprimés dans des journaux d’État comme le Global Times : la Révolution Culturelle était une cause perdue, mal utilisée par certains opportunistes et une période de chaos.

Interrogés sur la place de la campagne dans la discussion moderne, les personnes interrogées ayant montré des connaissances ou un intérêt sur ces épisodes historiques, ont été écartés pour les raisons pratiques du documentaire.

« Ce n’est pas que je ne trouve pas cela intéressant » a déclaré un jeune homme avec des  cheveux longs teints, « mais il y des interdictions données par l’État dans notre nation. »

Ceux ayant une connaissance précise du mouvement semblent avoir obtenu l’information à partir des expériences diffuses des membres âgées de leurs familles. Mais plus communément, la brutalité aveugle et la tragédie humaine qui a enfoncé une génération de Chinois dans la peur, la défiance et le cynisme, ont été systématiquement enterrées par le système d’éducation d’État moderne .

Certaines personnes interrogées ont placé le Massacre de Nanjing, qui s’est produit lors de l’invasion japonaise de la Chine en 1937, durant la Révolution Culturelle. D’autres ont attribué des développements positifs à la campagne.

« Cela semble avoir certainement réprimé les éléments corrompus, » a déclaré une femme portant des lunettes. « Le Président Mao a porté un coup sévère et strict en tirant d’abord et posant des questions ensuite. »

D’autres encore, suggèrent que la violence de la Révolution Culturelle, au cours de laquelle les étudiants ont, de façon générale, calomnié, battu et même tué leurs professeurs, n’était pas une chose qui aurait pu être empêchée ou évitée par les efforts des Chinois.

« Si j’avais vécu à cette époque, » a déclaré un homme, « j’aurais été simplement comme ces personnes. J’aurai certainement soutenu le Président Mao. »

« Je pense que j’aurai suivi le mouvement, puisque je suis une jeune personne très zélée, » a déclaré une femme.

« Je suppose que c’est une explosion d’énergie pour la nation, » a déclaré une jeune femme avec une frange.

D’autres ont nuancé leur réponse, en affirmant que la pression du groupe les aurait probablement poussés à agir indépendamment de leurs convictions personnelles.

Un jeune homme a déclaré : « Sous une telle atmosphère, ce genre de choses, ce n’est vraiment pas nous. »